MENU

Pour vivre ce voyage en Iran avec moi, je vous conseille d’écouter “Mir-e Nowruz” de Ahmad-Ali Rezâyi

Article un peu différent pour une fois puisque je vais vous parler d’un voyage personnel.
Il y a des voyages dont vous rêvez. Ceux que vous avez en tête pendant des années en vous disant “un jour”. L’Iran faisait parti de ceux-là pour moi. Je ne sais même pas vous expliquer pourquoi, d’où tout ça m’est venu. Je ne me rappelle pas spécialement avoir parlé à quelqu’un ou lu quelque chose sur ce pays. Non c’était juste en moi, sans explication. Et à force d’en avoir parlé encore et encore à mon amie Marlène, j’ai fini par la convaincre de m’accompagner. Le rendez-vous était donné, nous partons en septembre 2018 dans cette destination aussi excitante qu’inconnue.

Avant notre départ, on ne trouve que peu d’infos sur ce pays. Le consulat ne nous aide pas vraiment non plus. On trouve beaucoup d’infos contradictoires sur les démarches, on a l’impression que tout change extrêmement vite. Il faut dire que ça n’est pas encore dans le top 10 des voyageurs, ce qui nous va très bien soi dit en passant pour nous qui cherchons l’inattendu, l’exotique, l’unique, le merveilleux. Et on va être servies…

 

10 septembre 2018 : le départ

A l’aéroport à Paris, on sent déjà que ce voyage va être différent. Marlène appréhende un peu, moi pas du tout. La seule chose que j’appréhende, c’est la chaleur, surtout vu qu’on doit en tant que femmes être couvertes de la tête aux pieds et notamment porter un foulard, dont on n’a pas l’habitude. Dans l’avion, Marlène parle avec un stewart de tout et de rien, et nous voilà surclassées en 1ère classe. Tout commence bien!

Une fois arrivées à Téhéran, un peu fatiguées et nos voiles sur la tête, nous partons faire nos visas à l’aéroport. Un douanier nous demande pourquoi on a choisi cet hôtel pour le 1er soir (à côté de l’aéroport), on lui explique que c’est parce qu’on repart le lendemain matin en avion. Il sourit et nous dit qu’on ne repart pas de ce même aéroport mais de l’autre. On explose de rire, notre voyage freestyle est parfait. On va y aller au feeling total tout du long, le ton est donné!

Shiraz, un bel endroit pour prendre la température

Marlène et moi étions assez raccords sur le fait qu’on voulait éviter le côté grosse ville de Téhéran. On part donc le lendemain matin après une nuit courte mais réparatrice vers Shiraz. En arrivant sur place, un chauffeur nous dépose à une guesthouse qu’il connaît, la Sirah traditionnal guesthouse. La magie opère tout de suite : la gérante Elham est adorable, le lieu super apaisant et vide de touristes en plus. Un vrai bonheur.

On part assez vite à la découverte de cette ville. Tout nous plaît immédiatement : l’ambiance, le calme, la gentillesse qui se dégage des habitants. On se promène dans les rues, le bazar, on découvre l’incroyable mosquée Nasir-ol-Molk au lever du soleil. La nourriture est délicieuse, les couleurs explosent. On parle beaucoup avec les locaux, quel plaisir de les voir si curieux et touchants. En à peine 2 jours sur place, on est complètement dépaysées, sous le charme, bouleversées aussi un peu par tant de générosité.

 

Avant de partir pour le désert, on passe une journée entre 2 endroits qui nous tiennent à coeur : le lac rose de Maharloo et le site de Persepolis. Rien à voir entre les deux mais quel super moment. En-dehors de cette chaleur dont je souffre toujours beaucoup (je ne vais pas mentir), on en prend pleins les yeux et on se régale. Il y a dans ce pays une telle diversité et une belle histoire.

 

Cap sur le désert

C’était notre “highlight” du voyage, ce moment dont on rêvait : 3 jours avec un guide qui nous emmenait dans le désert mais aussi découvrir d’autres parties un peu plus inaccessibles (à moins de vraiment bien connaître les coins, mais autant vous dire que sans carte et sans GPS, impossible de se retrouver dans ce pays qui n’a presque aucun panneau non plus!). Après une nuit dans le bus, nous voilà donc chez Mohsen. Il nous accueille chez lui pour le petit déjeuner et nous fait rencontrer sa famille avant de prendre la route. On sent déjà qu’on est avec la bonne personne!

Avec lui, nous allons passer 3 jours complètement dingues. Je le remercie pour avoir fait mon traducteur avec de nombreux locaux pour faire des portraits qui me tiennent à coeur.

Le désert Dasht-e-Lut a bien sûr été l’un des endroits les plus marquants pour moi. Je l’attendais vraiment, mais vraiment. J’avais déjà passer une nuit dans le désert en Inde mais un désert qui n’était pas super étendu. J’avais envie de me retrouver dans un désert à perte de vue, seule, et de profiter. Et je peux vous dire que j’ai été servie. En arrivant un peu avant le coucher du soleil, Mohsen nous dit de monter sur le toit du 4×4. Autant vous dire qu’on n’a pas rechigné devant l’idée! Et nous voilà, seuls (un autre couple nous accompagnait pour ce trip ainsi que le chauffeur Hossein) à traverser ce désert. Le spectacle est juste hallucinant. Une fois arrivés là où on fera notre campement plus tard, nous partons en haut d’une kalut observer le soleil se coucher. Un moment hors du temps…

Le dîner suit, tous assis sur notre tapis géant sur lequel on dormira ensuite. Regarder toutes ces étoiles, couchée sur le sol, quel moment dingue… J’ai du mal à fermer les yeux, je veux profiter du spectacle le plus longtemps possible. La chaleur est toujours assez forte. Vers 5h30, mes yeux s’ouvrent à nouveau et la vision que j’ai devant les yeux m’épate. Impossible de me rendormir, me voilà levée, appareil photo à la main, à repartir sur une kalut. Marlène me rejoint et on passe un bon moment toutes les deux, à regarder le soleil se lever cette fois. Un moment suspendu dans le temps. Quelques larmes auront coulées (on peut se l’avouer). Pas mal de rires aussi entre nous. J’ai décidément la compagne de voyage parfaite pour un voyage parfait.

 

Mais le voyage avec Mohsen ne s’arrête pas là. Nous découvrons ensuite un canyon, et une oasis. Aaaah cette oasis qui m’a angoissée au départ. On se retrouve en haut d’une falaise. Moi et mon vertige faisons une rapide analyse qu’on ne pourra pas avancer longtemps comme ça. Et puis finalement, tout le monde me motive à me dépasser et y aller. Et wahou, ne serait-ce que pour la vue à la fin de notre promenade, je n’ai AUCUN regret. Le coucher de soleil qui se dessine sur les parois, le 4×4 au bout qui nous attend le long du cours d’eau, les palmiers. Je n’en reviens toujours pas plusieurs mois après.

Nous voilà de nouveau sur le toit du 4×4 et on arrive à un village abandonné, c’est stupéfiant. Après une dernière nuit et un réveil à observer les locaux ramasser les dattes, direction notre dernier point avec Mohsen, le volcan. Très franchement, ces 3 jours auront été un moment suspendu dans ma vie. MERCI Mohsen & Hossein.

 

Nouvelle étape : Yazd

Je ne vais pas vous faire tout le détail de ce qu’on a fait à Yazd mais je peux vous dire un truc : on a adoré cette ville aussi. On s’y est senties super bien tout de suite, et on a encore fait de merveilleuses rencontres au hasard des rues. On a pris beaucoup de photos, on s’est amusées d’ailleurs avec. J’en sors l’une des photos les plus abouties et intéressantes que j’ai prises (enfin je crois) que vous verrez ici en 2nde. Evidemment, nous sommes entrées dans des nouvelles mosquées, tout en essayant d’en connaître plus sur la culture perse et ses habitants. On a même osé enlever nos foulards le temps d’une photo 🙂 Encore un sacré moment mieux résumé par quelques images.

 

Dernière destination : Isfahan 

C’est probablement la ville la plus réputée d’Iran de par son patrimoine culturel notamment. C’est aussi l’endroit que l’on a moins aimé. On s’était vite habituées à pouvoir circuler tranquillement, à la gentillesse des habitants, au fait qu’ils ne voulaient rien de nous si ce n’est nous découvrir. Et puis d’un coup, on se retrouve dans les bazars à nous retrouver dans les plans des vendeurs qui veulent nous vendre tout et n’importe quoi. Il nous est plus difficile de trouver une petite guesthouse mignonne et à taille humaine. On a même quelques discussions qui nous dérangent avec des locaux. Alors certes la ville vaut le détour pour tout le patrimoine qu’elle a à offrir. Mais nous avons fait un mauvais choix en terminant par ça comparé à tout ce qu’on avait vécu jusque là.

 

Aucun regret cela étant, notre voyage a été une pure merveille au global et nous n’avons qu’une envie maintenant, y retourner et explorer tous ces endroits que nous n’avons pas eu le temps de voir. L’Iran est un pays immense qui demande de prendre son temps et d’anticiper les distances. Ca me fait une bonne excuse pour partir retrouver toutes les personnes incroyables qu’on y a vues, pour retourner une nuit dans le désert et regoûter à l’un de ces plats adorés.

Encore merci à ma compagne de voyage de choc avec qui j’ai tant partagé. C’est un voyage que l’on n’est pas prêtes d’oublier. Etre autant sur la même longueur d’ondes H24 m’étonne encore aujourd’hui et pourtant… D’ailleurs, si vous ne la connaissez pas, je vous invite à découvrir son travail et notamment ses récits sur l’Iran sur son blog de voyage.

 

 

Mon voyage en vidéo

Pour terminer cet article, je vous propose de (re)découvrir ma vidéo réalisée lors de ce voyage en Iran. Une façon de découvrir notre voyage autrement…

Découvrez mon voyage en vidéo

Escape in Iran

CLOSE